« Au cap des 700 ans », c’est maintenant

thumb_couv_1024
Ce livre est la première parution du Laurier.
Il est disponible via PayPal, ici.
Et pour lire le sommaire, c’est ici.

C’est une mise à jour de l’héritage cathare — héritage historique et moral, mais surtout spirituel. De fait la spiritualité cathare demeure méconnue — et les historiens n’ont pas aidé à éclaircir le sujet, au contraire… — alors qu’elle s’avère d’une simplicité et d’une efficacité à toute épreuve. C’est le constat que j’ai voulu formuler avec ce livre.

Personne, par ailleurs, n’a encore expliqué pourquoi l’église de Rome avait éprouvé le besoin d’exterminer les cathares, ni de salir et d’étouffer leur mémoire à ce point depuis sept siècles. Et l’enjeu, en effet, n’est pas négligeable…

Il s’agit donc de rétablir la réalité sociale, historique et spirituelle des cathares. En commençant, par exemple, par balayer les inepties catholiques à propos des deux dieux égaux — le soi-disant ’’dualisme’’ — des cathares, ou de leur soi-disant mépris du monde et de la vie (deux arguments qui se retournent, en fait et au fond, contre leurs auteurs).

IMG_7999
La Pique Grosse, sur le mont Bugarach. Rouge sang, rouge feu ! Cette montagne fut à l’époque un sanctuaire cathare et en dégage encore l’empreinte.

De fait on ne comprend rien au génocide cathare — ni à la destruction de l’Occitanie par le pape de Rome et le roi de France — sans se demander : « Mais qui étaient les cathares ? et pour quelle raison vouloir les effacer de la surface de la Terre ? » Réponse : parce que les cathares étaient les héritiers de la Gnose, la tradition ésotérique occidentale. La gnose chrétienne des cathares est ce qu’on appelle aujourd’hui une « voie de libération », ce que l’église de Rome — et tous les pouvoirs religieux ou civils — a toujours cherché à corrompre et à détruire. C’est que toute spiritualité mène à s’affranchir des carcans moraux et sociaux que les institutions religieuses et civiles cherchent au contraire à maintenir. La filiation entre le catharisme et le socialisme d’un Jean Jaurès, par exemple, illustre bien la vocation émancipatrice (et humaniste, au meilleur sens du terme) de la gnose cathare : dans les deux cas on trouve la même aspiration à la justice et à la dignité, à l’autonomie et à l’égalité, au mérite et à la fraternité. Jaurès a d’ailleurs été assassiné pour les mêmes raisons que les cathares ont été exterminés : lui comme eux mettaient en péril l’hégémonie sociale des dominants.

Montségur 17-4 ..
Montségur, haut-lieu de la gnose cathare et de la spiritualité occidentale

L’enjeu est considérable. L’Apocalypse, la « Révélation » est déjà bien entamée. Ce n’est pas seulement l’époque moderne qui s’achève, c’est un cycle d’humanité qui avait commencé plusieurs millénaires avant Jésus-Christ. L’ampleur de l’enjeu eschatologique et cosmique d’aujourd’hui explique a posteriori l’ampleur de la sauvagerie déchaînée par l’église de Rome sur les cathares, il y a 700 ans de ça. Pour nous désormais, c’est toute notre spiritualité, notre autonomie et notre souveraineté, individuelles et spirituelles, qui sont à (re)découvrir, à réveiller, à réactiver. « Au cap des 700 ans, le laurier reverdira » : c’est ici, c’est maintenant — et c’est urgent !

beille20161230_160609