Pierres de foudre et Centre spirituel

De très anciens objets de culte, perdus et oubliés par terre dans les forêts des Corbières, sont-ils une clef du mystère de Rennes-le-Château ? À suivre les indications de Henri Boudet (dans La Vraie Langue celtique) et de René Guénon (dans Le Roi du Monde, entre autres), oui. Il s’agit de pierres à l’aspect inexplicable — et pour lors inexpliqué — qui sont appelées « pierres de foudre ».

Percées, gravées, marquées de lettres, de runes et de formes géométriques d’origine inconnue, elles se trouvent à l’endroit ou à proximité d’anciens sanctuaires celtiques, wisigothiques, cathares et templiers, depuis Montségur jusqu’à Opoul-Périllos en passant par Bugarach.

Vestiges des temps mythiques, à l’époque où les dieux et les géants vivaient parmi nous, elles portent les traces des grands combats et des guerres planétaires à l’origine de notre monde et de notre histoire. A l’heure où celle-ci se termine, et où nous sommes en train de changer de monde, les pierres de foudre nous rendent la mémoire sans laquelle nous risquons encore de répéter les mêmes erreurs. Porteuses d’influences spirituelles, d’une qualité vibratoire maximale, elles sont un souvenir des âges farouches, lorsque nous étions en prise directe avec les forces supra-humaines qu’on appelle « anges » et « dieux », et qui nous ont laissé ce témoignage tangible de leur présence, à l’heure où l’humanité est appelée à transcender ses limites pour accéder à sa pleine et entière identité.

« Au cap des sept cents ans », c’est maintenant.

SOMMAIRE :

Le Centre : nature et fonction…………………………………

Rappel du contexte et des principaux enjeux……………..

La montagne et le centre du monde………………………….

Les bétyles……………………………………………………………

Pierres bénéfiques et prophétiques……………………………

La métallurgie : origine et fonction…………………………..

Foudre, hache, épée, marteau………………………………….

Le pech de Bugarach……………………………………………..

Les pierres de foudre chez Henri Boudet…………………..

… et chez Maurice Leblanc…………………………………….

Nos ancêtres les Atlantes…………………………………………

Les Cabires : metal rules …………………………………………

Luz, Shekinah et Kundalini ……………………………………

Cahier photos

20 €, 128 pages, 70 photos couleurs.

Pour commander sur PayPal (20 € + 5 € de frais postaux) : ici.

Les Cathares 700 ans plus tard

Les cathares étaient chrétiens : ils vivaient l’Evangile. Ils étaient aussi gnostiques : ils comprenaient l’Evangile d’une autre manière que l’Eglise de Rome. C’est pour cela qu’ils ont subi un génocide et que l’Occitanie a été ravagée de fond en comble.

Sept cent ans plus tard, leur épopée prend un sens nouveau. Avec le recul, il apparaît que les cathares ont porté un coup fatal à la tyrannie morale et sociale de l’Eglise romaine. L’humanisme, la laïcité, les valeurs de la République se trouvent en germe dans le catharisme. Jusqu’alors, seule la propagande de l’Eglise romaine — « l’église de Satan », disaient les cathares — a pu empêcher les historiens de s’en apercevoir.

La simplicité de l’idéal cathare se résume dans la « règle de justice et de vérité », qu’ils appliquaient à la suite des gnostiques et des premiers chrétiens. Un « bon chrétien », comme ils disaient, est quelqu’un de juste et de vrai, avec lui-même et avec les autres. Leur cohérence et leur intégrité sont restées exemplaires au-delà des siècles.

Les cathares, disait Marguerite Yourcenar, furent les seuls chrétiens « à oser regarder en face le problème du mal ». Le regarder en face, lui répondre et le résoudre.

La lutte entre le bien et le mal engage tout le monde. La tradition gnostique et chrétienne nous invite à se libérer soi-même du mal et à servir le bien.

Dans la période cruciale et terminale que nous vivons — l’Apocalypse —, leurs méthodes et leurs clés sont à nouveau disponibles. « Au cap des sept cents ans », c’est maintenant.

15 € (frais d’envoi inclus)

Commander et acheter : par Paypal, ou par chèque, au 2, rue du Haut du Village, 11190 Bugarach.

Oliba Cabreta : les Wisigoths sont parmi nous

Abbaye Saint-Michel de Cuxa, au pied du mont Canigou.
Fondée par l’abbé Oliba — fondateur de la Trêve de Dieu —, fils d’Oliba Cabreta.

D’où vient sainte Marie Madeleine ?

Quel est son héritage ? Par où, et par qui son héritage a-t- été transmis ?

Quel rôle ont joué les Wisigoths, qui ont assuré la jonction entre l’Empire romain et l’Europe médiévale ?

La véritable histoire des Wisigoths,

le contenu de leur trésor

et les origines de sainte Marie Madeleine.

Les origines du mystère de Rennes-le-Château sont à chercher dans l’histoire des Wisigoths. L’histoire réelle, et non détruite, récupérée et falsifiée par la propagande romaine.

Cette histoire épique nous est restituée ici, dans la Catalogne du Xe siècle, à travers la vie édifiante et riche en coups de théâtre d’Oliba Cabreta, comte de Cerdagne et de Besalú, véritable modèle du preux chevalier des grandes légendes et des chansons de geste du Moyen Âge.

Bien des surprises à propos des Wisigoths, de leur trésor, de sainte Marie Madeleine et de son héritage, attendent les amateurs, éclairés ou non, de l’histoire qui a généré, depuis, le mythe autour de Rennes-le-Château.

Un mythe sur lequel il reste beaucoup à dire et à découvrir.

Marie-Claire Gothuey, née en Haute-Savoie, a vécu et travaillé à Paris dans le monde du spectacle. Après avoir rencontré le père de ses enfants à Barcelone, elle s’est installée en Catalogne et s’est consacrée à la recherche historique et généalogique.

24 € (frais d’envoi inclus)

Commander et acheter : par Paypal, ou par chèque (au 2, rue du Haut du Village, 11190 Bugarach)