L’église Notre-Dame de l’Assomption de Bugarach

L’église de Bugarach est une église à forte connotation templière et alchimique — c’est une formidable turbine cosmo-tellurique, si j’ose m’exprimer ainsi —, dédiée à Notre-Dame de l’Assomption.

L’Assomption (assumptio) désigne l’ « action de prendre », du verbe assumere, « prendre », « assumer ». En termes exotériques (dans la religion catholique), elle désigne l’enlèvement au ciel de la Vierge Marie par des anges. En termes ésotériques, elle désigne le processus de transmutation : l’Assomption, c’est quand l’Esprit prend et assume la matière, quand la lumière saisit les ténèbres pour les éclairer, les illuminer, les transcender. C’est la « spiritualisation de la matière » dont il est question en alchimie.

IMG_1268
Vitrail montrant les six chakras, allant du « racine » au « troisième oeil ». Le sacré-coeur se situe à la bonne place, la quatrième.

Au long de la nef (en allant vers le choeur) se trouvent placées en vis-à-vis les stations du Chemin de croix IV et XI, III et XII, II et XIII, et enfin I et XIV. Or ces quatre couples s’additionnent pour donner à chaque fois le nombre 15 (4 + 11, 3 + 12, 2 + 13 et 1 + 14). Il y a au moins deux séries d’implications qui peuvent en être tirées. La première est que dans le Tarot, l’arcane XV est « Le Diable ». On peut alors remarquer que sur l’autel de l’église se trouve une « gloire » (habituellement dissimulée derrière un grand crucifix qu’il faut déplacer pour l’occasion) sur laquelle on peut voir, autour du triangle de l’oeil d’Horus (Oudjat), trois 6. (Et du reste, le nombre 15 se décompose en 1 + 5 = 6.)

Oudjat

Revenons à l’Assomption. Raymond Abellio, dans La Structure absolue (Gallimard, Paris 1965), a donné une description aussi efficace et rigoureuse que possible du processus d’éveil de conscience (la prise de conscience de la conscience). De manière générale, expliquait-il, toute perception est interrogative (« tout éveil est interrogation devant l’énigme du monde ») — et cette interrogation exprime le scandale de l’écart immédiat et apparent (l’apparente séparation, opposition et contradiction de toute dualité) entre la conscience et (ce qu’elle prend pour) son objet. L’incohérence, l’absurdité de l’apparence immédiate sont ce scandale constitutif et germinatif de soi — de la conscience de soi (autoréflexive). La prise de conscience — c’est là un événement initial en fait et initiatique en puissance — est à la fois éveil et dédication instantanée à ce scandale de l’apparence immédiate : la conscience perçoit (et s’éveille à) ce scandale et se dédie aussitôt à sa résolution, sa compréhension, sa transmutation. A l’origine « scandale » signifie « piège », « obstacle » : or c’est l’un des sens de Satan dans la tradition hébraïque — « l’obstacle que Dieu se fait à Lui-même » : on a donc là l’épreuve inaugurale et baptismale (par le feu) de la conscience éveillée (et dédiée) à elle-même et vouée à se transcender sans fin, dans une respiration verticale d’Incarnation-Assomption toujours accrue et affinée (amplifiée et intensifiée, disait Abellio). A ce point de vue, l’Incarnation est bien la descente de l’Esprit dans la matière, et l’Assomption, « l’enlèvement au ciel » de la matière par l’Esprit.

20171202_135351
Plaque en marbre rouge de Caunes-Minervois, posée sur l’autel et gravée de cinq croix templières. Celle du centre est un point à « connecter ».

Il est alors utile de signaler que l’église de Bugarach recèle un parcours énergétique et alchimique en sept points. Le premier (cinq mètres environs après l’entrée) et le quatrième (dans le choeur, à la verticale de la clé de voûte) sont des points de connexion verticale et d’alignement Ciel-Terre — c’est-à-dire d’activation de la respiration Incarnation-Assomption. Le deuxième, devant la statue de Roch (qui était alchimiste et médecin), est dévolu à la guérison. Le troisième, devant les statues de Notre-Dame de La Salette et de Germaine de Pibrac, est un point d’activation Yin. Le cinquième, situé en vis-à-vis, devant les statues de Jeanne d’Arc, d’Anne et de Marie, est un point d’activation Yang (où s’invoquent l’ardeur et la fougue martiales et justicières de Jeanne). Le sixième, en vis-à-vis de Roch, se trouve devant la statue d’Antoine de Padoue, personnage qui est dédié aux objets perdus, c’est-à-dire à la « Parole perdue », soit la connaissance : on y invoque donc la connaissance des vérités perdues et oubliées. Le septième, enfin, se situe devant le fameux vitrail à la « Roue de Fortune » (arcane X du Tarot), en-dessous duquel il s’agit de se livrer à un protocole destiné à nous mettre en phase avec nos aspirations profondes (nous mettre en mesure d’exaucer nos souhaits). 

20160714_205444

La seconde série d’implications que l’on peut tirer de cette récurrence du nombre 15, est évoquée par Magali Cazottes — dans cet entretien sur le saint Graal où elle rappelle que c’est à l’âge de 15 ans que Lancelot sort de sa forêt (où il a été élevé par Viviane à l’écart du monde) pour se lancer dans sa quête, et que c’est à l’âge de 15 ans également que le roi Arthur a ôté Excalibur de son enclume. La dimension initiale et inaugurale du nombre 15 est donc ici aussi privilégiée. 

La référence au Diable dans l’église de Bugarach est évidemment cohérente avec le chambard médiatique sur le « refuge » de la « fin du monde » du 21 décembre 2012. C’est cohérent également avec l’Apocalypse, à laquelle on trouve aussi une référence dans l’église, au fond du choeur, avec deux sculptures de l’Agneau de Dieu, sacrifié sur le « Livre aux sept Sceaux » qui est mentionné, quant à lui, dans l’Apocalypse de Jean.

Agnus Dei

De fait, « Apocalypse » veut dire « Révélation », et celle-ci correspond à l’Œuvre au noir alchimique, au cours duquel on va à la rencontre du Diable et de ses propres ténèbres intérieures (tandis que la Rédemption correspond à l’Œuvre au blanc, et la Résurrection à l’Œuvre au rouge). Cela suggère donc — c’est un euphémisme — un lien encore inexpliqué entre cet endroit et la période apocalyptique dans laquelle nous sommes déjà bien engagés. « Au cap des sept cents ans », c’est maintenant. 

IMG_5984

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s