Présentation — Ligne éditoriale

Le premier livre, Les Cathares 700 ans plus tard — 155 pages et quelques images sympas, format poche, efficace et pratique —, peut s’acheter ici (ou contre un chèque de 15,00 € aux éditions du Laurier, 2, rue du Haut du Village, 11190 Bugarach). Pour toute question, écrire à editionsdulaurier@gmail.com. 

beille20161230_151738

Les éditions du Laurier sont une asso loi 1901, dont voici l’objet social et les moyens d’actions :

Le Laurier se donne pour but de mettre en valeur, mettre à jour et mettre à disposition notre héritage culturel et intellectuel, par la réalisation, la publication et la commercialisation d’ouvrages — « œuvres de l’esprit » — qui répondent à un manque sur le marché de l’édition et à une demande de la part du public francophone.

A cette fin, l’édition de livres pourra se compléter d’une activité de communication (en particulier par Internet) et d’organisation d’événements ponctuels (sous la forme de rencontres, conférences-débats ou colloques).

Enfin, l’activité principale (édition) comme l’activité secondaire (communication, manifestations ponctuelles) sont de nature à renforcer le tourisme à l’échelle locale. Le projet du Laurier entend ainsi contribuer à la dynamique actuelle de sa commune et des communes environnantes, où se développe un tourisme à dimension culturelle, écologique et civique.

J’ai créé cette structure en juillet 2016 pour publier les textes dont j’avais envie, à ma façon. Jusqu’alors, j’ai collaboré pendant cinq ans au magazine Nexus, dont l’évolution récente ne m’a pas donné envie de prolonger une aventure qui fut souvent belle et parfois superbe mais qui a fini par s’épuiser. J’ai aussi fréquenté le milieu de l’édition pendant deux ans — publiant Le Vin français. Un chef-d’oeuvre en péril en 2009 et La Fin du monde moderne en 2010 —, m’incitant là encore à fonctionner par mes propres moyens — le but n’étant évidemment pas la rentabilité (la viabilité suffira bien) mais une qualité optimale de réalisation, de circulation, de partage. (L’info, c’est comme la tune, ça doit circuler, s’échanger et se partager, sans quoi ça pourrit et ça rancit : les banksters psychopathes qui dirigent ce monde en savent quelque chose.) De son côté, le support numérique (le Net) va bien cinq minutes, mais le livre reste le livre, et j’aime autant être blogueur qu’écrivain, tout en restant avant tout et jusqu’à la mort journaliste, c’est-à-dire chercheur, trouveur et diffuseur de vérité.

Bienvenue — Bereschit ! — dans un monde où le laurier pousse comme moi et comme le coq gaulois : les pieds dans la merde et la crête au soleil.

thumb_bugarach-1-12-16_1024

6 commentaires sur « Présentation — Ligne éditoriale »

  1. Bonjour Monsieur,

    Je viens d’écouter les 3 vidéos postées sur le site HymMedia et j’en suis interloquée…
    Quel travail remarquable !
    Je vous remercie très sincèrement de votre énorme recherche et de votre partage spontané et poignant de vérité. Étrangement, je ressens un besoin « urgent » d’intégrer en mon être intérieur (et pas seulement intellectuellement) cette connaissance.
    En cheminement depuis de nombreuses années, voici seulement que ma route croise celle des Cathares et cela me boulverse (l’heure est enfin là sans doute !) et à vous écouter, j’entends qu’ils unifient toutes mes interrogations restées en suspend jusque là…
    Une nouvelle étude profonde, sincère et consciente s’ouvre donc à moi. Je suis aussi interloquée sur le fait qu’il y a quelques semaines à peine, je découvrais l’existence de Bugarach, qui me donnait la puissante volonté d’y passer quelques temps, voire d’y terminer mes jours, sans savoir pourquoi …
    Curieuse cette coïncidence !
    Il y a de nombreuses années, j’avais entendu parler du travail de Marcel Messing à propos des Cathares et j’ai laissé passer l’occasion de « creuser » l’information on dirait… Le connaissez-vous ? Si oui, qu’en pensez-vous ?

    J’aimerais me procurer votre livre mais je n’utilise jamais le paiement électronique pour mes achats (même via PayPal). Puis-je vous envoyer la somme dans un courrier (+ frais de port) afin que vous m’envoyiez votre ouvrage par la suite ?
    Si oui, veuillez m’indiquer la somme totale à vous envoyer (désolée mais les chèques n’existent plus depuis de nombreuses années en Belgique).
    En attendant votre réponse, je vais lire tout ce que vous avez la gentillesse de nous offrir en partage via les vidéos accessibles sur le net, ainsi que sur votre blog.
    Encore merci pour votre travail colossal et votre rendu accessible et si puissant !
    Bien à vous,
    Sacha

  2. Bonjour,
    Bien que plus au fait que moi sur l’Histoire du catharisme, je me permets néanmoins de vous poster un résumé historique assez explicite tiré d’un ouvrage intitulé :  » L’ère de vérité : histoire de la pensée humaine et de l’évolution morale de l’humanité à travers les âges et chez tous les peuples. Le monde moderne : la terreur religieuse »
    Ce Livre, le sixième et dernier d’une série, est un ouvrage posthume édité en 1933, mais écrit par une Grande Femme, et pourtant si peu connue, madame Céline RENOOZ (1840 – 1928).
    Voici l’extrait de cet ouvrage à propos des Cathares (p.261 et p.334) :
    « LES CATHARES (Les Purs)
    La doctrine professée par les Cathares, dans les anciennes provinces de Macédoine et de Thrace, avait été importée par les Pauliciens, Manichéens venus de l’Asie Mineure.
    Ces sectaires firent leur apparition en France au commencement du deuxième millénaire et bientôt se répandirent dans toutes les directions. On les trouve en Aquitaine dès l’an 1010 ; en 1023, on en brûlait 11 à Orléans ; vers 1035, on en trouva une petite communauté à Montfort ; on les brûla. Cent ans plus tard, on en trouvait partout.
    On leur donnait différents noms. Un de leurs principaux centre était Albi ; on les appela Albigeois. Ils furent impitoyablement poursuivis de 1210 à 1228.
    Le Catharisme était une révolte de la conscience et de la raison contre le désordre catholique. S’il ressemble au Manichéisme, c’est qu’il a la même origine : un soulèvement des bons instincts contre l’excès du mal, une réaction contre le désordre social généré par le pouvoir du prêtre.
    L’oppression continue de la meilleure partie de la société sous la tyrannie des grands soulevait l’exaspération des gens intelligents et bons. L’iniquité des lois appuyées par la force aveugle entretenait la pire des souffrances, celle des plus nobles instincts. Les femmes révoltées et outragées refusaient d’être mères pour ne pas donner de nouvelles victimes à la tyrannie.
    En 1025, on trouva des Cathares à Arras. Interrogés par l’évêque sur leur doctrine, ils répondirent « qu’elle consistait à se détacher du monde, à réprimer les désirs de la chair, à vivre du travail de ses mains, à ne faire de tort à personne et à exercer la charité. Nous croyons, ajoutèrent-ils, que, en gardant ainsi la justice, on n’a pas besoin de baptême, et que, si on la viole, le baptême ne sert de rien pour le salut. Ils ajoutèrent que leur religion excluait tout culte extérieur, les bonnes œuvres étant le seul hommage que Dieu agrée ; qu’ils se mettaient fort peu en peine qu’on les enterrât n’importe où et n’importe de quelle manière, les cérémonies des funérailles n’étant, du reste, qu’une invention de l’avarice des prêtres. Quant au mariage, ils ne l’admettaient pas comme sacrement, se passant, pour les unions, de la bénédiction du prêtre. »
    On le voit, à toutes les époques il y a eu des gens sensés. Malheureusement, ce ne sont pas eux qui ont écrit l’histoire ; ils étaient les humbles, les petits, ils étaient même les ignorants, car ils ne savaient pas le latin, ils ne savaient même pas lire, ni écrire, talents rares alors. La science de l’époque, c’était la théologie ; tout le monde appelé savant était perverti par les idées dites chrétiennes, la raison et le courage s’étaient réfugiés chez les ignorants de cette science vaine.
    On prit ces êtres courageux pour des monstres humains. A Orléans, dix chanoines furent convaincus de Manichéisme.
    « Orléans était devenu le séminaire de la secte », dit le moine Glaber.
    Partout ils renaissaient sous différents noms : c’étaient les Bogomiles en Bulgarie.
    Les Cathares dans la Flandre.
    Les Vaudois à Lyon.
    Les Coteaux et les Ruptariens à Bourges.
    Les Publicains dans les Pyrénées.
    Les Bonshommes dans le Bourbonnais.
    Les Agenais à Toulouse.
    Les Brabançons, Navarrois, Basques, Aragonais, etc., et surtout les Albigeois, qui avaient la ville d’Albi pour métropole.
    A Orléans se trouvait un clerc, Herbert, et deux autres clercs étudiants, Etienne et Lisoye, honorés à la cour de Robert le Pieux ; Etienne était même le confesseur de la reine. Ces trois jeunes gens étaient des hommes sensés, ils causaient entre eux de choses sérieuses et n’admettaient pas les absurdités catholiques. On les fit espionner par un traître normand, Aréfaste.
    Convaincus d’hérésie, ils furent emprisonnés. On les accusa, comme cela se faisait toujours, d’abominations semblables à celles des premiers Catholiques. Cette vengeance resta toujours dans l’esprit du prêtre.
    Cependant, dans la procédure dirigée contre eux, il n’en était pas question. On se contenta de les chicaner sur leurs idées, fort au-dessus de celles des prêtres.
    Guérin, leur accusateur, leur ayant fait passer sous les yeux toute la légende catholique, ils répondirent avec beaucoup de dignité : « Vous pouvez conter ces sornettes à ceux qui croient aux inventions des hommes charnels, écrites sur des peaux d’animaux ; pour nous, qui portons la loi de l’Esprit Saint écrite dans l’homme intérieur, nous méprisons vos discours. Finissez et faites de nous ce que vous voudrez. »
    On en brûla 11 sur 13,11 esprits droits !… Deux se rétractèrent.
    Détail complémentaire : la reine Constance, à leur sortie de l’église, où elle les attendait, creva un œil à Etienne, son ancien confesseur, avec une baguette qu’elle avait apportée pour cela.
    C’est ainsi qu’il se trouve toujours des femmes faibles pour renchérir sur les cruautés des hommes et les soutenir dans leurs erreurs.
    Pierre, un moine qui écrivit l’histoire des Albigeois, rapporte ainsi l’acte de renonciation qu’on exigeait pour faire partie de la secte des Cathares :
    « Quand quelqu’un se livre aux hérétiques, celui qui le reçoit s’écrie : « Ami, si tu veux être des nôtres, il faut que tu renonces à ta foi entière qu’occupe l’Église romaine. » Lui répond : « J’y renonce. » — « Donc, reçois l’esprit saint des Bons hommes. »
    Ainsi, le néophyte accepte le baptême des hérétiques et renonce au baptême de l’Église. A partir de ce moment, il devient membre de la secte.
    Les Cathares furent condamnés par les Conciles de Toulouse en 1119, de Latran en 1139, de Tours en 1163.
    Les Cathares attendent un Messie femme qui va rapporter la vérité. Ils ont un culte, et des symboles. Les femmes officient en même temps que les hommes.
    Le prêtre s’appelle le Barbe (d’où les Catholiques ont fait sainte Barbe), parce que, chez les anciens Celtes féministes, l’homme était appelé Ber ou Bar.

    LES CATHARES AU XIIIème SIÈCLE
    Les Albigeois, par la haine et le mépris qu’ils ressentaient et qu’ils savaient inspirer pour le despotisme catholique, portèrent un coup fatal à l’autorité du pape.
    Une circonstance inattendue donna plus de force encore à l’hérésie des Cathares. Les écrits d’Aristote, récemment retrouvés, commençaient à jeter un jour nouveau dans les esprits et un grand trouble dans les consciences. Cela donna naissance à des idées nouvelles, fort peu conformes à l’esprit de l’Église, et très favorables à la belle doctrine des hérétiques qui envahissaient le Midi de la France.
    Les Cathares auraient certainement triomphé si les armées du Nord n’étaient venues soutenir l’Église et l’aider à noyer dans le sang les doctrines qui avaient si énergiquement résisté jusque-là aux plus affreuses tortures.
    Innocent III, nom ironique, porté par le monstre qui Devait faire assassiner tout un peuple d’Albigeois et organiser l’Inquisition ! Il occupa le trône pontifical de 1198 à 1214.
    Dans la croisade contre les Albigeois, il commandait le pillage et le vol, le viol et les orgies des soudards ; cela valut des sommes énormes à la trésorerie romaine.
    C’est pour cette belle entreprise qu’il appela Philippe-Auguste et les armées du Nord à son secours, excitant par la promesse de riche butin le zèle de ces Français du Nord contre leurs frères du Midi.
    Le siège et la prise de la ville de Béziers en 1204, où furent égorgées 60.000 personnes, hommes, femmes et enfants, est une des pages les plus lugubres de l’histoire de l’Église. On égorgeait tout le monde pour être sûr d’atteindre les hérétiques.
    C’est là que fut prononcée par Arnauld Amauri (ou Amalric), abbé de Cîteaux, cette horrible parole : « Tuez, tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. »
    C’est un moine de l’époque, Césaire d’Heisterbach, qui rapporte cette phrase, restée célèbre.
    Simon de Montfort, dans cette terrible guerre, prenait les premiers venus ; il lui fallait des victimes pour assouvir sa rage sanguinaire, et il les exterminait « pour les préserver de l’infection de l’hérésie ». En 10 ans, plus de 400.000 périrent. Au fond de ceci se retrouve encore une guerre de sexes. « Béatrice révèle le ciel », disait-on. Simon de Montfort, une brute, trouve que la femme révèle l’enfer. Il meurt d’une pierre lancée par une femme.
    Après Béziers vint Carcassonne. Et c’est ainsi que la Provence, où commençait à se développer une civilisation naissante, où la poésie florissait déjà et promettait tant, se trouva violemment rejetée en arrière.
    Mais, pendant que les prêtres faisaient rage ainsi dans le Midi, l’hérésie remontait vers le Nord. La même année (1204), l’Église condamna, dans le diocèse de Chartres, Amaury de Bène, professeur à la Faculté de Théologie, comme convaincu d’enseigner les idées nouvelles. Mais, s’il succomba, la doctrine qu’il avait répandue ne périt point, et son école alla grandissant.
    Cinq ans plus tard, de nouvelles persécutions furent dirigées contre les Cathares du Nord, et de nouvelles sentences furent prononcées contre eux par le Concile de Paris.
    Ce fut le premier grand drame sanglant dont l’Église donna le spectacle au monde épouvanté.
    C’était du reste la première révolte sérieuse contre les absurdités de la doctrine dite chrétienne et contre le joug de Rome ; ce fut aussi la première tentative d’un retour à la Vérité antique et à la vie simple, suivant les lois de la Nature et de la vraie morale. Si les Cathares avaient triomphé, l’humanité serait entrée alors dans une ère nouvelle, et les huit siècles de souffrances et d’ignorance qui se sont écoulés depuis auraient été un temps de paix et de rénovation.
    Au lieu de cela, l’Église entra dans la période la plus sombre et fonda l’Inquisition. »
    Cordialement.
    P.

  3. Un an de rayonnement pour une oeuvre magistrale! Bravo pour ce précieux support de (r)éveil des consciences. Merci de (ré)irriguer les Voies de Connaissances qui invitent chacun à « Marcher la Vérité » toujours mieux… Que la spirale soit vertueuse!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s